L’équilibre de Sepideh
Toute jeune, Sepideh considérait déjà le monde du vin comme une source de défis qui donne aujourd'hui un équilibre à sa cuisine et à sa vie.
En 2015, Sepideh Sedaghatnia a ouvert son bar à vins à Anvers, Divin by Sepi. Sa passion puise sa source en Iran où, enfant, elle aidait son père dans la fabrication du vin. Aujourd’hui encore, la complexité du vin l’incite à imaginer des combinaisons de saveurs inhabituelles tout en recherchant un bel équilibre pour ses clients et pour elle-même. Nous avons parlé avec Sepideh de sa passion, de son savoir-faire et de ce que cet équilibre représente exactement pour elle. Le vin, une passion intemporelle
« C’est en accumulant de l’expérience et en osant expérimenter que l’on devient un bon sommelier », dit Sepideh. « Malgré mes longues années d’expérience, le monde du vin reste pour moi une source de défis. J’adore approfondir mes connaissances dans ce domaine, me tenir au courant et prendre le temps de m’imprégner des saveurs, des odeurs et des couleurs. Ce qui me plaît particulièrement, c’est de trouver l’accord parfait dans des combinaisons de saveurs surprenantes, comme celle d’un porto et d’un fromage stilton. » L’histoire compte « Un vin attire mon attention s’il est produit avec passion et savoir-faire », dit Sepideh. « Deux valeurs essentielles à tous les niveaux pour mon bar à vins, des cépages aux assiettes, en passant par le mobilier. Je m’intéresse aux petits producteurs, aux produits exclusifs et à l’authenticité. Car l’histoire et surtout le sentiment qui sous-tend les produits ont une grande importance. Et c’est ce que je retrouve aussi chez Recor Home. Le canapé Brunello, par exemple. L’image correspond au cépage. Tout à la fois robuste et élégant, avec le souci du détail. Le choix du velours est très pertinent. C’est ce que j’appelle le savoir-faire. » En équilibre « Lorsque l’on déguste un vin, l’équilibre et la qualité de cet équilibre sont essentiels ! Ce n’est que lorsque tout s’assemble que l’on peut en profiter pleinement. » Selon Sepideh, le monde de l’horeca et celui du vin se complètent. « Le vin apporte le calme dans cette vie mouvementée. Ce n’est que quand je rentre chez moi après une journée de travail et que je m’installe dans mon canapé avec un verre de vin que je retrouve ce calme. Le soir, après un service bien rempli et réussi, je n’arrive pas à m’endormir tout de suite et un moment de réflexion dans mon nid douillet, agréable et confortable, est exactement ce dont j’ai besoin pour retrouver l’équilibre. » Collection Hermitage
Bienvenue chez Tim Boury
Tim Boury, chef cuisinier, met ses clients à l’aise pour qu’ils puissent savourer pleinement ses plats. De l’assiette à la déco, la sérénité est de mise.
Chef cuisinier et copropriétaire du restaurant Boury à Roulers, Tim Boury accueille chaque jour de nombreux convives dans son établissement. Pour lui, il est essentiel que ses clients se sentent chez eux pour savourer pleinement ses plats et s’imprégner dans le moindre détail des nouvelles associations de goûts. C’est pourquoi la sérénité de l’assiette se reflète dans la déco. Tim Boury nous parle de sa passion, de l’innovation et de ce que cela signifie pour lui d’être chez soi. Faim d’innovation « Pour moi, la passion commence par la passion pour le produit », dit Tim. « Je travaille constamment sur la saveur, la fraîcheur, la texture et l’origine. Cela se résume à la qualité du produit. Je ne suis pas facilement satisfait, je suis toujours à la recherche du meilleur, du plus savoureux, de la nouveauté. Comme le gibier d’un chasseur du coin ou une nouvelle technique de cuisine. » De cette façon, Tim s’efforce de trouver un équilibre entre idées traditionnelles et progressistes, de l’assiette au vin, jusque dans l’atmosphère même du restaurant. « Par exemple, j’ajoute à la carte un nouveau plat flambé. Notre cuisine ouverte donne à voir aux clients notre passion de l’innovation. » La beauté du plat
« C’est en travaillant avec conviction et savoir que l’on fait preuve de professionnalisme et que l’on atteint la perfection », dit Tim. Qu’il s’agisse de cuisson, de garnir l’assiette ou de mobilier… tout contribue à enrichir l’expérience des clients de Tim. Chaque élément, de la saveur à la présentation, embellit les plats. « Tout doit être parfait, de la pureté des produits rares à la sérénité de l’assiette en passant par les chaises confortables sur lesquelles j’installe mes clients. » Profiter pleinement La déco reflète la sérénité de l’assiette et met les clients à l’aise. « Pas de couleurs vives ni de contrastes. Des lignes épurées, des tons doux et des touches subtiles, qui n’attirent le regard que si vous y prêtez attention. C’est pourquoi la collection Expo de Recor Home me plaît tout particulièrement, elle fait la part belle au confort, au souci du détail et à l’innovation. Nous avons réussi, même avec une cuisine ouverte, à créer une ambiance sereine qui fait que les clients se sentent chez eux et peuvent profiter pleinement. » Collection Expo
Là où Musketon se ressource
Pour l'illustrateur Musketon, se sentir chez soi c'est pourvoir lâcher prise et être au calme.
Il y a dix ans, Bert Dries enrichissait son job étudiant dans un magasin de baskets en les ornant de chouettes motifs. Ce fut le début de sa carrière d'illustrateur, puisque de nombreuses chaussures, affiches, autocollants, T-shirts, voitures, murs et carnets de croquis plus tard, tout le monde le connaît sous le nom de Musketon. Aujourd'hui, il se consacre à plein temps à des projets de dessin personnels et des créations pour des marques dans lesquelles il se retrouve, comme Recor Home. Ses projets à venir ? Pour les découvrir, jetez donc un œil sur Instagram ou Kickstarter, où il révèle ce qui va l’occuper prochainement. Musketon à propos de sa passion, son style de vie et le sentiment de se sentir chez soi. Le dessin, une addiction S’il y a un stylo et du papier à portée de main, Musketon enchaîne alors les esquisses, pour les transformer ensuite en œuvres d'art numériques. « Je me lève et je me couche en pensant dessin », déclare Musketon. « C'est une addiction dont je ne veux pas me libérer. J’aime cela et ça m’apaise. » D'où naissent ses créations ? « Je m’inspire d'autres artistes, tel que Shepard Fairey. L’utilisation de la couleur, la technique, la manière de travailler... Également des films comme Pulp Fiction, que j'écoute en dessinant, qui me donnent des idées que j'intègre ensuite dans mes dessins. »
Se sentir chez soi, c’est pouvoir lâcher prise
Musketon trouve que se renouveler est important : « Je m’essaye à de nouvelles techniques de dessin et de nouveaux projets, comme dessiner sur les murs. C'est chouette d’avoir pu faire de ma passion mon métier et de pouvoir continuer à évoluer. Mais c'est délicat en même temps, parce que si je ne me force pas à me reposer, je continuerais à dessiner et à me lancer de nouveaux défis. » C'est pourquoi Musketon ne travaille plus de chez lui, mais dans un studio. Il accorde de l'importance à l’organisation pour rester en forme mentalement et physiquement : « Je m'arrête à l'heure, je fais du sport, je rentre chez moi et je mange sainement. Se sentir chez soi, c'est lâcher prise - chose que je trouve difficile - et se reposer. Ici, je ne dois plus rien faire, hormis me détendre dans mon fauteuil », dit-il en riant. « Se sentir chez soi, c’est vraiment ça pour moi. » Propre, compact et confortable Contrairement aux illustrations de Musketon, sa maison est aménagée de façon épurée. « Je rentre chez moi dans un intérieur propre, compact mais confortable. De préférence avec le moins de distractions possible, donc pas de fouillis. Mais avec beaucoup de lumière du jour, des fleurs et des meubles élégants avec un beau design ». On retrouv ici et là des illustrations, pour exprimer son style. Comment le décrit-il lui-même ? « Coloré, joyeux, avec beaucoup de détails et de références à la culture pop et à l'actualité. La qualité et le 'designed in Belgium' sont aussi en tête de liste ». Des critères qu'il partage avec Recor Home. « C’est justement parce que la collection Dansaert de Recor Home me permet d'étendre subtilement mon style à mon intérieur que je trouve cette marque géniale. Je peux personnaliser les éléments et m'assurer qu'ils forment un ensemble avec le reste de la pièce, qui appelle à la détente. » Collection Dansaert
Là où Valerie Brems se sent chez elle
L'esthétique et l'authenticité sont au cœur de son travail et de sa vie. Nous avons discuté avec Valerie Brems de passion, de qualité et de ce que se sentir chez soi signifie pour elle.
Journaliste indépendante dans le domaine de la mode et de la beauté, Valerie Brems a écrit pour un large éventail de clients. Comme sa passion allait au-delà de ses missions, elle a créé il y a environ trois ans son propre blog, qu'elle a nommé Mirror of Fashion. Ce blog est le reflet de tout ce qui inspire cette ancienne styliste d'intérieur, allant de la beauté au lifestyle en passant par la mode et la décoration d'intérieur. L'esthétique et l'authenticité sont au cœur de son travail et de sa vie. Nous avons discuté avec Valerie Brems de passion, de qualité et de ce que se sentir chez soi signifie pour elle. À la recherche de l'esthétique Valerie sait combiner les matériaux et les formes uniques comme personne d'autre.
Qu'est ce qui l'inspire dans sa quête de la beauté ? Un peu tout ce qui croise son chemin, affirme-t-elle : « Un bol du marché aux puces, un pantalon dans un magazine de mode, une autre culture... et bien évidemment les architectes d'intérieur tels que Lionel Jadot et Joseph Dirand. Cette attirance pour les choses belles et authentiques vient naturellement. » Bien que Valerie blogue à plein temps, elle n'a pas l'impression d'être au travail : « C'est plutôt un mode de vie. »
Une maison avec du caractère
Après une journée bien remplie de réunions et de séances photos, Valerie trouve important de rentrer dans un lieu où elle se sent bien, en sécurité et inspirée. « Le retour chez soi est pour moi une combinaison de sentiments que j'éprouve dans un endroit et auprès des gens que j'aime : mon mari, mon fils et mes parents. Je puise également de l'énergie dans l'aménagement de ma maison et les choses qui m'entourent. »
Pour Valerie, la personnalité dans un intérieur est essentielle. « De belles matières et une coupe affirmée, c'est ça que j'aime, tant dans mon style vestimentaire que dans mon intérieur. » Elle préfère les meubles de caractère et les matériaux durables. « Plus je vieillis, plus je m'attache à des pièces fabriquées avec amour et savoir-faire. Des objets dans lesquels on voit qu'on a investit du temps et de l'énergie, et qui méritent donc d'être chéris. »
Un intérieur en mouvement « Comme mon intérieur est éclectique et maximaliste, j'ai justement choisi un salon Lungo de la collection Ardenne pour équilibrer le tout. »
Tel un café pur et simple, le fauteuil forme la base de l'intérieur de Valerie, qu'elle compose et complète à son goût avec la collection Recor Home. « Mon intérieur évolue effectivement avec ma vie : pensez aux coussins qui changent en fonction des saisons, mais aussi au fauteuil assorti qui insuffle un nouvel élan au salon.
De cette façon, mon intérieur reste toujours en mouvement. »
Collection Ardenne
Là où Jef Neve se sent vraiment chez lui.
Avoir le sentiment de pouvoir être pleinement soi-même, c'est ça se sentir chez soi pour le musicien Jef Neve.
Le pianiste et compositeur belge est une célébrité dans son pays comme à l'étranger, tant dans le registre du jazz que dans celui de la musique classique. Il s'est déjà produit sur scène en compagnie de grands noms, tels que Jamie Cullum, Gabriel Rios et Branford Marsalis. Même si ses tournées l'ont emmené aux quatre coins du monde, il reste fidèle aux grands designers belges qui, tout comme lui, placent le savoir-faire et la qualité avant tout. La passion, l'originalité et le fait de se sentir chez soi vus par Jef Neve. Beauté ultime Pour Jef Neve, la musique est le langage par lequel il peut exprimer des émotions sans avoir besoin de mots. C'est quelque chose de très naturel, qui rend une vie sans musique inimaginable. « La musique représente également un objectif pour moi: jour après jour, je suis continuellement à la recherche de la beauté ultime », raconte Jef. Ce qu'il ne faut pas confondre avec la perfection. En effet, juste avant d'atteindre cette dernière, Jef laisse de la place à l'imperfection. « Je trouve la perfection totale ennuyante. Je préfère admirer un bâtiment qui ne soit justement pas tout à fait parfait, comme l'hôtel de ville de Bruxelles, dont le portail est asymétrique comparé à la tour qui le surplombe. C'est ce genre de choses qui me frappe et me passionne ».
Savoir-faire et originalité
Jef est convaincu que la plus grande illusion est de croire que l'inspiration ou l'originalité peut surgir soudainement, d'elle-même ou de nous-mêmes. « Pour créer, il faut avant toute chose étudier l'univers de la musique, afin d'en faire un tout nouvel ensemble ». Une belle association de savoir-faire et d'originalité. Le défi que Jef Neve s'impose est de ne jamais jouer deux fois la même chose : il improvise et perfectionne sa propre version, tout en y apportant à chaque fois une nouvelle touche personnelle. D'après lui, une œuvre n'est jamais vraiment terminée, mais toujours malléable. Il fait la comparaison avec un designer qui réalise ses collections en esquissant des idées, ce qui lui permet de créer quelque chose de nouveau. Se sentir chez soi, c'est... Pour donner le meilleur de lui-même, il est essentiel que le compositeur puisse se sentir chez lui dans son espace de travail et création. Selon lui, il ne pourrait rien composer de beau dans un environnement laid : « Si vous voulez vous sentir à l'aise quelque part, vous devez avoir le sentiment de pouvoir être pleinement vous-même, de pouvoir vivre ». « C'est pourquoi un environnement de travail n'a pas besoin d'être trop parfait, mais au contraire quelque peu en désordre et en ligne avec mon propre style, qui présente des associations parfois inattendues ». Notre collection permet à Jef Neve de combiner et d'affiner jusqu'à ce qu'il s'y retrouve et s'y reconnaisse. Il se sent on ne peut plus à l'aise dans le salon Gran Positano de la série Zoute. Collection Zoute